Le titre repas électronique

Les modalités d’usage des titres repas

L’employeur peut, depuis janvier 2011, faire bénéficier ses travailleurs de chèques repas électroniques. Edenred avait été le premier émetteur de chèques repas à introduire une demande pour obtenir l’agrément nécessaire à la mise en place de ce mode de paiement.

Se mettre à jour

La carte électronique s’utilise sur des terminaux de paiement déjà utilisés par les cartes bancaires. La validité des titres repas électroniques reste de trois mois. Le terminal débite de lui-même les titres les plus anciens sur le compte. L’avantage de ce nouveau système est que le montant n’est plus lié à la valeur du chèque : le montant débité ne doit pas être multiple de la valeur du titre, et le solde est disponible pour le prochain achat. Tout comme une carte de banque, on peut faire opposition sur son compte en cas de vol, et faire transférer le solde sur une nouvelle carte électronique. Par ailleurs, l’utilisateur reçoit des avertissements quand les plus anciens titres repas arrivent à la limite de leur validité.

Les titres repas électroniques : avantages et inconvénients

Au-delà du nouveau système électronique, la question du titre repas pose question et se trouve au coeur d’un débat d’idées. D’un côté, le travailleur bénéficie d’avantages directs sur son salaire. D’un autre côté, la sécurité sociale et le fisc subissent une perte, le travailleur ne dispose pas librement de la totalité de sa rémunération puisque les titres sont destinés à un type de consommation. De plus, la mise en place des équipements des terminaux, dans les établissements qui acceptaient jusqu’alors les titres papiers, risque de ralentir l’usage de cette nouvelle forme de rémunération.